Le réseau des Tisserands

visuel logo pour le domaine commun .cef et .catholique sans signature tisserands

Avec le lancement du service d’hébergement et du nom de domaine commun (en .catholique.fr et .cef.fr) par la Conférence des évêques de France en 1999, un réseau s’est constitué rassemblant les responsables de sites internet des sites hébergés.

Pour marquer l’appartenance à ce réseau et sa spécificité, un nom a été donné : les Tisserands, ceux qui tissent la Toile de l’Evangile sur internet au nom de l’Eglise catholique en France.

Petit retour historique sur le service d’hébergement, le nom de domaine commun et l’animation du réseau des Tisserands !

Le service d’hébergement

En 1996, la Conférence des évêques de France lançait son site internet www.cef.fr. L’année suivante, elle proposait aux diocèses de disposer d’un site internet hébergé et administré par la CEF, permettant ainsi de soutenir la dynamique et la visibilité de l’Eglise catholique sur internet.
Ce service mutualisé permettait plus concrètement de libérer les diocèses des contraintes techniques liées à l’hébergement, de faciliter ainsi la mise en place d’un site internet et de proposer des coûts abordables et partagés entre tous. Progressivement ce service a été proposé aux mouvements et associations, aux paroisses et services diocésains (parrainés par leur diocèse) et aux congrégations.

Quelques chiffres

En 2013, 720 sites opérationnels sont hébergés sur les serveurs web mutualisés de la CEF (90 sites hébergés en externe utilisent un nom de domaine catholique.fr ou cef.fr.

Ces 720 sites se répartissent de la manière suivante :

• 67 sites de diocèses
• 91 sites de services diocésains
• 38 sites de pastorale des jeunes
• 66 sites édités par les différents services de la CEF
• 41 sites de congrégations
• 29 sites de mouvements et associations d’Eglise
• 15 sites d’enseignements
(écoles, universités catholiques, enseignement à distance)

En 2012, l’ensemble de ces sites a totalisé plus de 20 millions de visites.

Le nom de domaine commun

En complément du service d’hébergement, la Conférence des évêques de France a proposé dès 1999 à tous les sites hébergés de bénéficier d’un nom de domaine commun en .cef.fr. (A savoir que depuis 2002, il est possible de bénéficier du nom de domaine sans être hébergé par la CEF.)
En 2008 le site portail www.cef.fr a changé de nom pour adopter un nom plus lisible et compréhensible : www.eglise.catholique.fr. Il a alors été proposé aux sites le souhaitant de changer de nom de domaine en adoptant le .catholique.fr.

Partager un nom de domaine commun permet :
• D’offrir une identification commune sur internet « pour marquer une appartenance à une même communauté et révéler les différentes facettes de l’Église » et adopter ainsi une démarche ecclésiale et pastorale..
• Une notoriété et une visibilité démultipliées : « Une adresse commune .catholique.fr ou .cef.fr est un levier de notoriété et permet un meilleur référencement ». « Le nom de domaine commun constitue un label, un signe de reconnaissance à l’image du .gouv.fr ou d’un AOC »
• D’aider l’internaute dans son discernement : « L’internaute sait qu’il navigue dans le domaine des catholiques en France ».

Voir aussi : Rejoindre l’univers des sites internet de l’Eglise catholique

Quelques chiffres

En 2013, 720 sites hébergés par la CEF partagent le nom de domaine et 90 sites hébergés en externe utilisent un nom de domaine catholique.fr ou cef.fr.
Au total ce sont donc plus de 810 sites qui un nom de domaine commun et si l’on compte les alias, adresses de test et anciennes adresses 1000 noms de domaines gérés par la CEF.

Par ailleurs, sur 102 diocèses, 77 diocèses ont un site internet en .cef.fr et .catholique.fr (et 67 hébergés), soit 75% d’entre eux. Parmi eux, 58% sont en .cef.fr et 42% en .catholique.fr (source : Guide de l’Eglise 2013).

L’animation du réseau des Tisserands

Avec le lancement du service d’hébergement un réseau s’est constitué rassemblant les responsables de sites internet des sites hébergés.

Dès 1999, une rencontre annuelle des Tisserands a été proposée par le Service information communication, en charge à cette époque de l’animation du réseau. Ce week-end permet aux participants de réfléchir aux enjeux de la présence de l’Eglise sur internet, échanger expériences et bonnes pratiques et connaître les évolutions de l’univers internet et leur opportunité pour l’Eglise catholique.

Un site internet a également été lancé dès 1999 à destination des Tisserands, afin de partager leurs expériences et savoir-faire. Début 2012, ce site a été refondu et enrichi avec des éléments de réflexion, des articles sur les initiatives portées par les sites des services nationaux de l’Eglise en France. Cet espace propose aussi pour chaque temps liturgique une sélection de liens pertinents sur les sites de la CEF afin de promouvoir ces propositions et fournir du contenu à l’ensemble des sites du réseau. Une newsletter recensant ces contenus est envoyée régulièrement.

Quelques chiffres

– 3250 visites mensuelles ont été enregistrées sur cet espace en 2012, contre 1129 en 2010.
– 1854 abonnés à la newsletter

En 2011 un groupe Facebook Tisserands a été ouvert. Cet espace permet à ceux qui le souhaitent de poser des questions au réseau, de proposer des liens pertinents, des contenus…
– des messages sont postés générant de 1 à 30 commentaires.
– 283 Tisserands sont membres de cette page

Le poème du Tisserand : 

Notre vie est comme un tissu qui s’élabore,
Un tissu dont je ne sais pas ce qu’il sera,
Mais qui, autour de nous, peu à peu, se tisse sans modèle ni dessin savant.
Dans ce tissu, je peux être un fil, un trait de couleur…
Bleu profond ? rouge éclatant ? ou bien le fil de lin gris.
Cette troisième couleur, au dire des tisserands, est la plus importante
Le gris neutre de tous les jours,
Celui qui fait chanter le bleu profond et le rouge éclatant ;
Celui qui est porteur d’harmonie.
N’avoir que ma propre couleur, et de cela me réjouir,
Pour qu’elle apporte la joie et non la rivalité,
Comme si moi, bleu, j’étais l’ennemi du vert.
Il y a une place pour tous.
Un fil vient à se rompre : aussitôt le travail s’arrête,
Et les mains patientes de tous les tisserands s’appliquent à le renouer.
Chaque fil, même le plus lumineux, peut disparaître, tissé sous les autres.
Il est cependant là, non loin, même si notre oeil ne le perçoit plus…
Maintenant c’est le tour du mien d’être lancé à travers la chaîne.
Quand son trait aura cessé d’être visible,
Alors l’harmonie apparaîtra.
Et le bonheur adviendra.

(Un tisserand finlandais)