Le QRCode, une accessibilité simple au multimédia

Dans nos milieux d’Eglise, l’utilisation des QRCodes et flashcodes représente de nombreux intérêts. 

Papier, web, musique, vidéo,… nous sommes constamment entourés de médias qui ne demandent qu’une chose, de s’unir pour donner une information complète à tous et pour tous.Le déploiement des smartphones et tablettes comme outils de communication permet cet échange fiable et rapide. Les codes-barres bien connus sur les produits de consommation courante se diversifient, se transforment, s’adaptent. Le passage de la 1D pour les codes-barres à la 2D pour les flashcodes a permis cette évolution maintenant largement répandue.

 

Par Xavier Guilloteau, webmaster du diocèse de Poitiers

QRCode ou encore Flashcode

« Le code QR (de l’anglais, QR Code) ou encore appelé flashcode est une sorte de code barres en 2D. Le « QR » signifie Quick Reponse car le contenu peut être décodé rapidement. A la différence d’un code barres classique, le code QR peut contenir beaucoup d’informations: 7089 caractères numériques, 4296 caractères alphanumériques, contrairement au code barres normal qui ne peut stocker que de 10 à 13 caractères ou 2953 octets ! » (Définition de code-qr.net)

http://www.code-qr.net

Pour qui, pourquoi ?

Dans nos milieux d’Eglise, je vois plusieurs intérêts à l’utilisation de cet outil. Bien sûr, ces points ne sont que des exemples et la liste peut-être longue.

Ces codes sont des images (JPG, PNG,…) qui peuvent être insérées sur divers supports.

Compléments d’articles

Sur le diocèse de Poitiers, nous avons commencé à utiliser les flashcodes dans la revue diocésaine « Eglise en Poitou » voici maintenant un peu plus de deux ans. C’était à l’occasion de l’ordination d’un jeune prêtre (Julien Dupont). Nous avions deux pages pour parler de l’engagement de Julien. En stock, nous avions photos, vidéos, témoignages, homélies… alors, je me suis lancé, malgré les réticences de certains membres du comité de rédaction. Il est vrai qu’il y a deux ans, les outils portables étaient beaucoup moins développés qu’aujourd’hui. Pour le mois de novembre 2010, nous avions eu 139 visites via des smartphones, alors que pour le mois de janvier 2013, nous en avons 967. Aujourd’hui, c’est régulièrement que nous en insérons dans la revue.

http://www.poitiers-catholique.fr/images/stories/actualite/EEP/2010/EEP-147.pdf

L’accès aux sites et aux multimédias

Pour l’accès à un site, cette utilisation simple évite de saisir l’adresse URL qui parfois peut-être fastidieuse. « Flascher » un code et le navigateur se dirige automatiquement vers le site désiré.
On utilise également le QRCode pour faire des liens avec les vidéos que nous mettons sur YouTube ou Dailymotion.

L’intergénérationnel pour la nouvelle Evangélisation

J’ai reçu des témoignages de personnes âgées recevant « Eglise en Poitou » et non équipés de smartphone, se demandant l’utilisation de ces « carrés avec des points dedans ! ». Ce fut une occasion pour elle de se tourner vers leurs petits-enfants pour avoir la réponse. Une aubaine pour aborder avec eux la question de la foi et inversement, aux petits-enfants de poser des questions à leur grand-mère sur la religion, ce qui la pousse à croire, etc…

Visite de monuments

Actuellement, chez nous, une paroisse est en train de travailler sur la visite guidée de l’église. Les documents papier n’étant jamais à jour, l’idée de développer un espace « Monuments » sur leur site mûrit. Dans la même lignée, des panneaux de présentation des vitraux, des statuts, des autels, etc. sont en réflexion, en y intégrant des Flashcodes permettant aux touristes l’accès direct à la page du site et à l’article en question.

Générateurs et lecteurs

Il existe de nombreux générateurs de QRCodes gratuits. A chacun de faire son choix dans le « supermarché » de l’Internet. Personnellement, j’utilise www.scancode.fr : il est simple d’utilisation et fonctionne bien. Vous pourrez découvrir dans les générateurs, que l’on peut tout « cacher » derrière un flashcode, du texte, un mail, un téléphone, etc. Vous verrez également qu’il existe plusieurs types de codages.

En ce qui concerne les lecteurs, c’est comme les générateurs, il en existe autant que de machines. L’idéal est de se fier au constructeur de votre smartphone ou tablette. Sur le mien, j’ai installé le lecteur NeoReader. J’en suis content.

http://www.eglise.catholique.fr

Maintenant, à vous la main !

Xavier Guilloteau
Webmaster diocèse de Poitiers.